Stephen Downes sera notre premier conférencier

Stephen Downes, un expert de l’apprentissage en ligne

Stephen Downes est né à Montréal et a travaillé un peu partout au Canada avant de rejoindre le Conseil national de recherches du Canada en tant que chercheur sénior en 2001. Il a beaucoup écrit sur l’apprentissage en ligne et en réseau, est l’auteur de logiciels de gestion de l’apprentissage et de syndication de contenu et diffuse une newsletter très populaire : OLDaily.

C’est un expert de l’apprentissage en ligne et des nouveaux médias. Avec Georges Siemens, il a conçu en 2008 le tout premier MOOC (massive open online course, cours en ligne massif et ouvert) intitulé Connectivism and Connective Knowledge. Ce cours a été dispensé à 25 étudiants de l’Université de Manitoba et, gratuitement, à 2300 autres apprenants, inscrits en ligne ! Les étudiants étaient libres de participer et d’enrichir le cours avec les outils de leur choix.

Le connectivisme : une nouvelle théorie de l’apprentissage ?

Ensemble, ils ont développé une théorie de l’apprentissage intitulée connectivisme qui utilise le principe du réseau comme point central de l’apprentissage, en se concentrant davantage sur le fait de faire des liens entre les connaissances : « la théorie selon laquelle l’apprentissage consiste à faire les bonnes connexions ».

Sur le site Eduscol, on peut lire une présentation de leur travail par François Guité (consultant au ministère de l’éducation au Québec) : « Siemens part du constat que les théories traditionnelles s’intéressent aux processus cérébraux de l’individu, dans son apprentissage. Mais il constate également qu’aujourd’hui l’individu apprend beaucoup à l’extérieur de lui-même, dans les collectivités, les institutions, les communautés, les organismes, et avec lesquels il interagit constamment, dont il alimente la réflexion. Ce phénomène fonctionne en boucle, représente un cycle puisqu’il y a des échanges constants et dans les 2 sens, entre l’intelligence collective de l’organisme et l’individu.

Autres éléments directement induits par le numérique à prendre en compte pour comprendre la théorie du connectivisme : l’introduction de nouveaux modes d’information et des flux de données qui arrivent aussi bien massivement que rapidement. De ce fait, le rapport de l’être humain à l’information ne peut plus être le même qu’avant.

François Guité ajoute : «qui dit information ne dit pas forcément savoir» et une partie de la théorie du connectivisme, notamment soutenue par Stephen Downes, consiste à penser que puisqu’il n’est plus possible de tout savoir, il faut alors se construire un réseau de savoirs : «le savoir étant  distribué à travers un réseau de connexions, l’apprentissage, qui est un état constant, consiste en l’habileté de construire et de naviguer les réseaux».

La conférence de Stephen Downes à Eidos

A Eidos, Stephen Downes évoquera sa vision de l’innovation dans l’éducation du XXIème siècle. Il inventoriera les moteurs de l’innovation et les « attracteurs », ces facteurs qui définissent les objectifs que nous assignons à l’éducation. Cela l’amènera à balayer l’histoire récente du numérique en éducation mais aussi à ouvrir des perspectives pour l’avenir en rappelant que les choix doivent correspondre aux valeurs qu’on souhaite promouvoir.

Cette conférence sera donnée en anglais avec une traduction simultanée en français. Nous vous donnerons des informations sur les modalités pratiques de cette traduction dans un prochain billet.

Pour aller plus loin :

Mieux connaître Stephen Downes

Toward Personal Learning
Reclaiming a role for humanity in a world of commercialism and automation
July 14, 2017.

« Chaque âge établit ses propres priorités, et l’apprentissage personnel, je pense, capture ce qui est important aujourd’hui. Tout d’abord l’idée d’autonomie dans un monde connecté. Nous atteignons le but final dans la lutte séculaire entre l’individualisme et le collectivisme. Je rejette les deux, et essentiellement pour la même raison : ils rejettent l’humanité des individus. Ensuite, l’idée que nous devons réorganiser les connaissances de manière à mieux préparer les gens à un monde complexe et changeant. Et enfin la tension entre le bien commercial et le bien social, en particulier en ce qui concerne l’apprentissage ouvert et le contenu ouvert, mais aussi en ce qui concerne la société et les valeurs en général. »

Connectivism and Connective Knowledge
Essays on meaning and learning networks
May 19, 2012.

« Le connectivisme est la thèse selon laquelle la connaissance est distribuée à travers un réseau de connexions, et donc que l’apprentissage consiste en la capacité de construire et de traverser ces réseaux. L’essentiel de ce travail est consacré à la recherche des implications de cette thèse dans l’apprentissage. »

Mooc :

Author: adn64

Share This Post On

Submit a Comment

Pin It on Pinterest