Les conférences de la matinée d’Eidos 2017

La matinée du 25 janvier s’articulera autour de deux conférences.

Neurosciences et éducation : un éclairage nouveau sur les fondamentaux de la pédagogie

La première, par Eric Tardif, sera intitulée : « Neurosciences et éducation : un éclairage nouveau sur les fondamentaux de la pédagogie »

51ynxwun2pl
Les neurosciences cognitives et les sciences de l’éducation partagent de nombreux intérêts communs. L’idée d’une collaboration entre ces deux disciplines est séduisante : est-ce que les avancées récentes de la recherche sur le fonctionnement du cerveau pourraient nous aider à mieux comprendre comment nous apprenons et ainsi avoir des applications en classe ?

Eric Tardif proposera un bref tour d’horizon de ces liens entre neurosciences et sciences de l’éducation.
Il en profitera pour évoquer quelques croyances erronées sur le fonctionnement cérébral (ou neuromythes) souvent présentes chez les enseignants et les étudiants qui se destinent l’enseignement.

Il abordera en outre des études en psychologie cognitive, notamment en ce qui concerne les processus de la mémoire, qui pourraient apporter des pistes intéressantes pour l’école.

 

Eric Tardif a effectué des études en psychologie à l’Université Laval (Québec), puis un Master et un Doctorat en neuropsychologie expérimentale à l’Université de Montréal. Sa thèse porte sur les propriétés visuelles des neurones corticaux. Il a effectué des études post-doctorales à l’Université de Lausanne en neuroanatomie humaine et en électrophysiologie, principalement sur le fonctionnement du système auditif. Il est actuellement Professeur à la Haute école pédagogique Vaud (Lausanne, Suisse). Il s’intéresse notamment aux liens entre les neurosciences cognitives et les sciences de l’éducation et a coordonné l’ouvrage Neurosciences et cognition. Perspectives pour les sciences de l’éducation.

 

A l’ère du numérique, faut-il encore apprendre ?

La seconde, présentée par André Giordan, s’efforcera de répondre à la question « A l’ère du numérique, faut-il encore apprendre ? »

ag-identite
On pense parfois qu’avec le numérique, il n’est plus nécessaire d’apprendre, puisque tout le savoir est en permanence à disposition, à portée de clic. Pourtant, on voit bien vite que le numérique utilise de nouveaux codes de nouveaux objets de savoir qu’il n’est pas si évident de s’approprier.

Mais que veut dire apprendre ? Quels sont les outils qui facilitent l’apprendre ?
Que devient le métier d’élève ? Et en tant qu’enseignant que puis-je faire –et surtout ne pas faire- pour l’accompagner ?
Telles sont quelques-unes des questions abordées lors de cette présentation.

 

 

 

Instituteur, professeur de collège, de lycée et curieux de nature, André Giordan a toujours été intrigué par les potentialités du savoir et les possibilités diverses de se l’approprier. Professeur à l’université de Genève, il a créé le Laboratoire de Didactique et Epistémologie des sciences (1980). Les recherches vont porter sur l’apprendre et l’apprendre à apprendre.Parallèlement, il suscite ou participe à des pratiques innovantes dans diverses écoles, collèges, lycées ou en formation continue, en Suisse, en France, en Italie, au Luxembourg, au Québec, au Brésil et en Chine.

 

La matinée sera clôturée par Catherine Becchetti Bizot, Inspectrice générale de l’éducation nationale, chargée de mission numérique et pédagogie, grand témoin de la matinée.

Author: adn64

Share This Post On

Pin It on Pinterest