Face au “complotisme” : éduquer à l’esprit critique

portrait de N Le Luherne

Professeur de lettres et histoire géographie au lycée professionnel Philibert de l’Orme à Lucé, Nicolas Le Luherne est directeur des Ateliers Canopé de Beauce. Il tient aussi une chronique pour Thot Cursus et Ludomag

Dans le cadre de l’introduction du numérique dans sa classe, il a travaillé autour des usages des élèves. La construction de l’esprit critique a été une de ses principales préoccupations.

Le complotisme

Le complotisme est une culture de la paranoïa qui rejette le système et donc la parole de l’enseignant. Sur le marché de la connaissance, l’enseignant n’est plus le seul acteur légitime du savoir. Les élèves apprennent et s’informent grâce aux médias sociaux et sur leur écran de smartphone. La vidéo est le vecteur préféré pour se connecter au savoir, à l’information.

Comment faire si quand l’élève n’a plus confiance en l’autre, s’il doute de tout et surtout du professeur ? Car s’engager, c’est faire confiance à l’autre et donc en l’enseignant, c’est nouer une relation empathique avec le monde,

Un rôle renforcé pour le professeur

D’après lui, face à cette ”uberisation des acteurs de savoir”, le rôle du professeur sort renforcé. Les apprenants ne disposent pas toujours des clefs de lecture qui leur permettent de tirer la sonnette d’alarme. A côté de l’élève, le professeur facilite, explicite et aide le jeune à décrypter le monde sans le juger. La construction des réflexes d’esprit critique est un travail qui se construit sur le long terme.

Construire l’esprit critique, la pensée complexe

« Mon objectif est de mettre l’élève en capacité d’apprendre, de comprendre le monde et d’être un individu responsable. Apprendre à critiquer ce que l’on voit, c’est devenir un citoyen émancipé. Il ne s’agit pas de douter de tout mais d’apprendre le doute raisonnable et la fiabilité de notre interlocuteur.

Notre rôle est d’aider l’élève à ce qu’il acquiert par lui-même un esprit critique. Construire et déconstruire l’information, identifier la source, tester la fiabilité de celle-ci sont les premiers des réflexes. Cet apprentissage de la pensée complexe demande du temps…»

Palette pédagogique

Il reste que les outils numériques ne sont pas “une baguette magique”. La diversification des outils et des scénarii pédagogiques est indispensable. En effet, le numérique totem est contre-productif voir désengageant.

C’est l’ensemble de la palette de couleurs pédagogiques qui renforce la place de l’élève dans la classe et qui l’engage dans la société.

Nicolas le Luherne animera l’atelier C02 : Face au complotisme, éduquer à l’esprit critique

Inscription

Author: adn64

Share This Post On

Pin It on Pinterest